Wie Staaten versuchen, Bitcoin “greifbarer” zu machen

Zusammen mit einem Blogeintrag, der sich mit Bitcoin beschäftigt, will ich die Umstellung von Bits to Satoshis Thema behandeln. Das erste, was man über Bitcoin lernen kann ist der Satoshis-Block, der sich aus einer Blockchain zusammensetzt, die einige der Hauptpunkte einer digitalen Währung enthält. Das Wort “Blockchain” ist ein Begriff, der eine Reihe von als knackiges Attribut betrachteten Technologien verwendet, die

Bitcoin ist hierzulande immer noch ein bisschen wankelmütig. Auf der einen Seite wird gefordert, dass man öffentlich über bitcoin reden sollte, um die Kryptowährung zu legitimieren. Auf der anderen Seite wird gefordert, dass man öffentlich über bitcoin reden sollte, um die Kryptowährung aus der Illegalität zu befreien. Wie sieht Bitcoin aus, was würde es brauchen, damit es nicht mehr wankelm

Bitcoins, litecoins und Co. sind inzwischen eine reale mächtige Währung. Jedoch sind sie auch erschreckend schwer zu verstehen, weshalb viele Leute überhaupt keinen Plan haben, wie sie diese Währung gewinnbringend nutzen können. Kaum ein anderes Produkt hat so viele Gefahren und Nachteile wie Bitcoin. Obwohl Bitcoins inzwischen zum Standard der digitalen Währung geworden sind, werden sie. Read more about krypto news and let us know what you think.

Chaque État dépend d’eux : Les impôts. Mais les crypto-monnaies en particulier offrent désormais la possibilité – même si elle est punitive – d’éviter plus facilement l’attention et l’accès des autorités fiscales que de nombreux autres actifs. Comment cela se rapporte aux faux arguments contre le bitcoin et pourquoi des lois fiscales plus strictes ne sont pas intrinsèquement mauvaises pour l’industrie des crypto-monnaies. Avis de non-responsabilité : Le sujet des taxes et des crypto-monnaies sera examiné d’un point de vue macroéconomique et politique. Aucun conseil fiscal ou autre n’est fourni. En outre, il convient de noter que l’honnêteté du point de vue fiscal n’est pas seulement justifiée sur le plan moral, mais aussi parce que la fraude fiscale est également un crime. Le grand avantage des crypto-monnaies est que leurs bénéfices ne sont pas imposés après un an, du moins en Allemagne. Cependant, certaines personnes voient l’avantage d’ignorer pratiquement la question des impôts et de ne pas déclarer leurs bénéfices accumulés de l’année dans leur déclaration d’impôts. Le risque de se faire prendre pour certains traders en crypto-monnaies peut être faible car leurs transactions en crypto-monnaies ne sont généralement pas déclarées à l’IRS.

Évasion fiscale des crypto-monnaies : Insinuation ou vérité qui dérange ?

Ainsi, les revenus provenant de paris, de prêts ou simplement d’échanges peuvent théoriquement être obtenus rapidement, en contournant les contribuables. Il est difficile de quantifier l’importance réelle de ces montants ou des taxes perdues. On peut maintenant supposer que les dommages causés aux États sont encore limités. Toutefois, compte tenu de la croissance actuelle du marché et de l’augmentation des sorties de capitaux vers le Bitcoin et Cie, une telle valorisation ne devrait pas durer éternellement. Enfin, le besoin d’échanger des crypto-monnaies contre du fiat diminue de jour en jour, laissant une trace sur le système bancaire de compensation. Les pièces stables assurent la stabilité, le bitcoin sert de réserve de valeur avec un potentiel de prix, les grandes entreprises peuvent s’échanger sous forme d’actions tokenisées, et les revenus d’intérêts sont générés par les taux d’intérêt et les prêts. Un portefeuille diversifié devient de plus en plus une réalité dans le secteur des jetons. De même, les États se sentent de plus en plus isolés. Par conséquent, il est de plus en plus difficile de rester passif face aux impôts.

Arguments déraisonnables contre le bitcoin

En attendant, les inquiétudes que l’on peut entendre contre le bitcoin ces derniers temps, notamment de la part des politiciens et des leaders d’opinion, semblent être des excuses. Le bitcoin n’est pas utilisé à grande échelle pour des transactions illégales, et le gouvernement n’est probablement pas si préoccupé par la consommation d’énergie du minage. Les avertissements de protection des consommateurs selon lesquels les investisseurs devraient se méfier d’une forte volatilité semblent également peu plausibles dans certains endroits. À tout le moins, cela fait naître le soupçon que l’État n’a qu’une seule préoccupation : la perte de recettes fiscales. Si l’État perd des recettes fiscales, c’est un sérieux problème. Ce n’est pas sans raison que les sanctions pour les crimes violents sont souvent – du moins subjectivement – perçues comme relativement élevées par rapport aux crimes non violents, où le préjudice est causé à l’individu plutôt qu’à l’État ou au budget public. Le sujet des taxes sur les crypto-monnaies est souvent négligé. Personne ne veut réveiller les chiens qui dorment – ni le gouvernement ni les contribuables. Lorsque le ministre des finances Olaf Scholz exprime ses inquiétudes quant à la confidentialité des crypto-monnaies et veut se réserver le droit d’interdire les stablecoins pour protéger les consommateurs, cela suggère qu’il ne cherche qu’une seule chose : empêcher les gens d’échapper à l’emprise fiscale du gouvernement. Ce n’est pas pour rien que le ministère fédéral allemand des finances a récemment présenté un projet de loi, l’ordonnance sur le transfert des crypto-monnaies, afin de permettre au gouvernement de contrôler les transactions en crypto-monnaies.

Pas de campagne contre les crypto-monnaies

Les taxes sur les crypto-monnaies sont également au programme de l’administration Biden et ont même contribué à la récente correction du sentiment du marché des crypto-monnaies. Par exemple, l’État veut étendre les exigences de déclaration pour les courtiers et les fournisseurs de porte-monnaie numériques. Ainsi, toutes les informations requises à des fins fiscales sont à la disposition des autorités américaines dans toutes les juridictions. En outre, toutes les transactions en crypto-monnaies supérieures à 10 000 dollars doivent être déclarées à l’IRS. Enfin, le département du Trésor américain se plaint que les investisseurs en crypto-monnaies cachent de plus en plus les transactions en crypto-monnaies aux autorités fiscales par le biais de comptes offshore. Il est plus que clair que de telles exigences en matière de rapports devraient s’appliquer. Que ce soit aux États-Unis ou en Europe, il est d’usage de déposer des rapports auprès de l’IRS lorsque diverses limites de quotas sont dépassées. Ainsi, par exemple, si vous déposez une somme d’argent assez importante sur votre compte bancaire, vous devez partir du principe que l’IRS recevra un rapport et demandera d’où vient cet argent. Ce qui se passe actuellement dans le monde n’est rien d’autre que l’application des normes fiscales et de déclaration existantes au secteur des crypto-monnaies. Parler de campagne contre les crypto-monnaies dans ce contexte serait un peu exagéré. Cela ne devient problématique que lorsque la charge fiscale sur les crypto-monnaies dépasse de loin celle des autres actifs, obligeant le gouvernement à placer les crypto-monnaies dans une situation de désavantage relatif.

Dettes et impôts de la couronne

La question des impôts et de la façon dont le gouvernement peut en prélever davantage sans étouffer l’économie est plus pertinente que jamais face au déficit budgétaire de l’État. Même avant la Couronne, la plupart des États étaient très endettés, et maintenant leur situation est encore pire. D’autant plus que le coût total de la pandémie de Corona ne peut pas encore être totalement estimé. Par conséquent, le débat sur l’augmentation de l’impôt sur la fortune ou sur le patrimoine prend de l’ampleur. Étant donné que les crypto-monnaies sont actuellement si mal suivies, contrairement, par exemple, à l’immobilier bien suivi, il n’y a aucune crainte qu’une réduction plus radicale se produise. Le risque d’éviter des taxes spéciales excessives sur les crypto-monnaies est actuellement trop élevé pour le gouvernement. Ce n’est que lorsque le gouvernement aura un accès plus direct qu’il sera plus enclin à imposer des taxes spéciales sur les crypto-monnaies.

Déviation de la tendance : La Chine va légaliser le bitcoin

Au-delà de l’Europe et des États-Unis, il y a toujours la question de savoir quelle est la position de la Chine sur cette question. On pourrait penser que la Chine, après avoir supprimé l’extraction de bitcoins et interdit le commerce de crypto-monnaies, est encore plus éloignée de la légalisation qu’il y a quelques mois. Une autre interprétation, en revanche, est que la Chine adopte une position aussi dure uniquement pour légaliser les crypto-monnaies. Si la Chine prend le contrôle du marché et, par exemple, autorise les crypto-monnaies à être échangées ou stockées uniquement par l’intermédiaire de dépositaires tiers réglementés qui détiennent des clés privées, la Chine aura alors une nouvelle capacité à taxer les bénéfices des crypto-monnaies. W końcu jest otwartą tajemnicą, że wielu Chińczyków posiada i nadal handluje kryptowalutami. Jednakże, ponieważ nie jest to legalne, Chiny nie mogą nakładać podatków na aktywa cyfrowe Chińczyków. Tylko dzięki legalizacji kryptowalut państwo chińskie będzie mogło zapewnić sobie wpływy podatkowe z handlu kryptowalutami i uzyskać wgląd w bogactwo. Opierając się na tym założeniu, można argumentować, że bardziej rygorystyczna sprawozdawczość i środki podatkowe sprawiają, że legalizacja kryptowalut jest bardziej lub mniej prawdopodobna.

Końcowy przeciwnik Finanse zdecentralizowane

Przechowywanie i magazynowanie kryptowalut na scentralizowanych platformach kryptowalutowych to lista życzeń rządu w porównaniu z tym, co jest obecnie rozwijane w przestrzeni DeFi. Podczas gdy platformy takie jak Binance, Kraken, Bittrex itp. mogą być zobowiązane do przestrzegania mandatów rządowych, zdecentralizowane protokoły nie mogą. W przypadku protokołów zdecentralizowanych, ani zgłoszenia do urzędu skarbowego, ani rejestracja tożsamości nie mogą być egzekwowane przez państwo. Już choćby z tego powodu nie można zakładać, że przeciwko operatorom kryptoplatform, które są łatwe do uregulowania, zostanie postawiona zbyt twarda linia. Strach przed ucieczką w prawdziwie zdecentralizowane kryptosfery jest prawdopodobnie zbyt duży. Wydaje się raczej, że USA, Europa i Chiny podejmują teraz wysiłki, aby dość szybko przejąć kontrolę nad istniejącym sektorem kryptowalut, aby zapewnić dostęp do transakcji i podatków.Bitcoin ist eine der am meisten bekannte Kryptowährungen in dieser Zeit. However, Bitcoin ist eine Währung, die nicht greifbar ist, sondern eine Liste von Adressen, die stofflich von einer Karte abgezeichnet werden.. Read more about btc/usd and let us know what you think.

Related Tags:

krypto newskryptowährungbitcoin newsbtc/usdkryptowährung kursbitcoin-kurs,People also search for,Privacy settings,How Search works,krypto news,kryptowährung,bitcoin news,btc/usd,kryptowährung kurs,bitcoin-kurs,dogecoin kurs,bitcoin kurs prognose